Retournons sur la Piazza Grande, ensemble

by Marco Solari, President Locarno Film Festival

Content language:

EN

IT

DE

FR

Le 17 août 2019, Locarno72 s’achevait en fanfare et nous nous félicitions d’un succès tant qualitatif qu’opérationnel. À l’époque, nul ne pouvait imaginer qu’en 2020 nous devrions consentir à d’aussi douloureux sacrifices. La Piazza Grande était bien triste, l’été dernier, sans ses chaises, sans ses gens, et sans les vibrations entre les artistes sur scène et le public attentif, critique, mais toujours prompt à s’émerveiller. Toutefois, face à la catastrophe pandémique nous n’avons pas baissé les bras, et grâce à la mobilisation de notre équipe, nous avons créé une édition hybride à la hauteur des attentes, avec des projections dans les cinémas de Locarno et des diffusions en ligne. Le Festival a pu avoir lieu, pour le plus grand bonheur des spectateurs, et il a même renforcé son rayonnement dans le monde. 

 Deux années vécues comme une éternité. Puis la renaissance, enfin. Cet été, du 4 au 14 août, sur sa mythique Piazza Grande, dans ses salles et grâce à une plate-forme numérique renforcée et encore plus attractive, le Locarno Film Festival pourra célébrer sa liberté retrouvée, cultivée en 75 ans d’histoire, et celle de son public. Une liberté physique, réelle. Pour chacun de nous et pour le Festival. Si Locarno est une mine de découvertes cinématographiques, c’est aussi une réalité emblématique née d’un coup de génie de l’architecte Livio Vacchini, qui conçoit en 1971 un écran géant sous les étoiles, face à une marée de chaises disposées côte à côte, au cœur de la ville. Une idée simple et pourtant si grande, le cinéma au firmament et la communion de milliers de festivaliers réunis devant et grâce à un film, au cinéma et à la culture. Depuis ce fameux soir d’été, il y a cinquante ans, ou plus exactement depuis le 23 août 1946, quand le Grand Hôtel donna la première projection de l’histoire de la manifestation, le Locarno Film Festival est un espace ouvert à tous, où l’on vient célébrer l’art et la pensée. Un espace qui accueille et en même temps façonne des visions singulières ; un espace qui n’a jamais succombé à la facilité, à l’immédiateté ou au confort ; un espace qui s’est toujours battu pour la liberté d’expression en exaltant la dignité des hommes et des femmes et en rejetant le mensonge, les vexations, le « fake ». 

 Aujourd’hui, à la veille du coup d’envoi de la 74e édition, le Festival fait revivre le cinéma à Locarno avec une programmation portée par Giona A. Nazzaro, chef d’orchestre de cette partition estivale. En grand cinéphile, le nouveau directeur artistique saura convaincre son public, à Locarno et dans le monde entier, avec une édition riche et éclectique, concoctée en collaboration avec ses comités de sélection. Un nouveau départ, donc, pour le Festival comme pour Giona, qui a bénéficié de l’appui infaillible d’un directeur opérationnel aux qualités d’organisation extraordinaires comme Raphaël Brunschwig, et d’une vice-directrice opérationnelle chevronnée comme Simona Gamba, à l’aise également sur le terrain du numérique. Mais c’est grâce à l’équipe du Festival, qui, en cette période exceptionnellement difficile a tout donné, sinon plus, que Locarno74 a pu devenir réalité.  

Nous contemplons l’avenir avec confiance. Ma vision, notre vision est celle d’un Festival qui s’appuie sur les onze journées de sa manifestation estivale pour accompagner sa « community » tout au long de l’année. Sous l’égide du directeur opérationnel, une équipe hautement qualifiée élabore une stratégie à adopter. 

 Au nom de l’ensemble des membres du Conseil d’administration, je tiens à exprimer toute ma gratitude à la direction et à l’équipe, et je souhaite aux festivaliers de vivre dix jours de passion cinéphile. À Locarno, sur la Piazza Grande, ensemble. 

Marco Solari,
Président Locarno Film Festival